Demeure de la famille de Joncheray Index du Forum
Demeure de la famille de Joncheray

 
Demeure de la famille de Joncheray Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Mariage de Delhie et de Burrich le 15 Février 1458 ::
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Demeure de la famille de Joncheray Index du Forum -> L'entrée - le poste de garde -> La chapelle Saint Trufaldini
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Delhie
invités

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2010
Messages: 8
Localisation: Sur les routes

MessagePosté le: Ven 19 Fév 2010, 00:48    Sujet du message: Mariage de Delhie et de Burrich le 15 Février 1458 Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
"Qu’il parle maintenant ou se taise a jamais."

Pendant un instant, malheureusement trop court, le silence avait gagné l’assemblée. On aurait presque put entendre les mouches volées. Presque biensur, bah oui, il y en a pas de mouches dans la maison du très haut, nan mais oh!
Et CLAC, une porte claque, une brune qui rentre. Tandis que LA brune, celle en blanc, se retourne vers ses amis la fureur dans l’œil l’air de dire : si il y en a un qui l’ouvre je lui fait bouffer sa langue joliment assaisonnée.
A croire que tout le monde prend la menace au sérieux il en a pas un qui l'ouvre .. sauf Simone. Sous les yeux médusés de la mariée, une vache s’invitait à son mariage, une vache ! Et dire qu’elle avait toujours été sympa avec elle, demandant régulièrement des nouvelles de la bovine à Burrich et s’inquiétant de sa longue retraite d’il y a quelque mois.
Adieu Simone, ce soir tu serras servit au buffet !

Le cerveau de la brune fusait a tout allure pour se souvenir de ce qu’appréciait l’animal affin de l’attirer dehors : oh c’était pas des fesses de cadets toutes fraîches à encorner? Arf, C’est qu’il n'y a pas de ce pain là a leur mariage. Quand Bertha, dont l’entrée la fait sacrement remonter dans l’estime de la jeune femme, se débarrasse du problème en moins de deux. Une bousculade au passage certes, mais rien de grave, elle est toute pardonnée la bertha, tellement que Delhie la laissera tripoter son harmonium autant qu’elle voudra sans broncher, promis.

S’en suit alors le sermon qu’Agna. Sermon expéditif et expédié en moins de deux. Pauvre Agna, a croire qu’elle aime se faire battre, la voila qui tend le bâton. Chantons le credo? Chantons pas récitons?
La mariée grimace, 10 mois au coté de l’Burrich, le tout en s’arrangeant pour lui cacher sa voix de casserole et là, le jour du mariage, il allait être aux premières loges pour la grande révélation.

D’une petite voix enraillée mal assurée, elle se lança :


Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.


Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'aprés avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

AMEN

_________________
Revenir en haut
sofio
amis

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juin 2009
Messages: 33
Localisation: mp

MessagePosté le: Ven 19 Fév 2010, 01:23    Sujet du message: re Répondre en citant

Prise en main de Bertha de la queue de vache dans la tronche cela suffit pour l'énerver un tantinet soit peu, pire qu'une baffe, une queue!! qui surgit de nulle part comme un fouet, d'instinct elle se relève, aveuglée, zébrée par le coup.

pouah quelle puanteur!!!

Alors que d'une seule voix qui s'élève elle entend agna réciter le crédo, immédiatement repris par d'autres, elle esquisse un petit sourire gêné,pour vite bouger les lèvres , saleté de crédo elle le connaissait pourtant avant, essaye de répéter les mots mais irrémédiablement avec un temps de retard.

Citation:
Je crois en ..mmmm
Créateur......TERRE!!
Des Enfers et du...dis
Juge de notre âme à l'heure de la mort.


_________________
Revenir en haut
Kar1
invités

Hors ligne

Inscrit le: 17 Fév 2010
Messages: 3
Localisation: -

MessagePosté le: Ven 19 Fév 2010, 02:27    Sujet du message: Mariage de Delhie et de Burrich le 15 Février 1458 Répondre en citant

Petite remise en situation pour les dents du fond -euh les gens du fond peut être. Bref, la blonde là, se trouve toujours derrière l’Autel, tout simplement aux cotés de la diaconesse. On ne lui demande pas de bouger, alors pas de bronchement pour le moment. C’est qu’elle est à la bonne place, face à toute l’assemblée. Elle écoutait les dires de la religieuse -au café, ma préférée- quitte à lire au dessus de son épaule. On sait jamais hein, peut être que sa langue va fourcher deux trois fois. La blonde pourra alors la reprendre sans attendre et faire sa chieuse même dans une des énièmes maisons du Très-Haut.
Le texte se termine, place au résumé. C’est là que ça hic pour la blonde. Pour certains c’est « scouts toujours », pour elle c’est « emmerdeuse toujours ». C'est bien plus rigolo à son gout. Un raclage de gorge plus loin elle zieute le futur marié non loin d’elle et commence à chuchoter tout bas pour le principe.


« Dis.. S’rait pas en train d’essayer d’nous donner des l’çons la donzelle? »
Un mouvement vers la Delhie.
« Promets-moi d’jamais d’venir com’ ça toi, ou j’te jette par la f’nêtre! »

La dernière réplique était juste histoire de s’amuser un coup devant des paroles barbantes et vides de sens pour la blonde, au grand damne de certains. C’est en souriant donc qu’elle se redresse pour faire bonne figure persuadée que sa voisine vertueuse l’a entendu. Un souhait peut être. Fait exprès peut être aussi.
Pis une voix s’élève, celle de Sofio. La blonde reconnaitrait une sœur d’arme à des kilomètres à la ronde. C’est pas bien compliqué, on fini toujours par connaitre toutes les facettes lorsque l’on part sur un champ de bataille. Ca rapproche. C’est toujours ponctué par des « Rhaaaaaaaaa.. » ou des « A l’attaaaaaaaaaque! » sans oublier le « Chargéééééé! » ou le « J’vais t’saigner! ». Ca vient toujours du cœur, c’est rauque, agacé et haineux, miam.
Et puis là, c’est le drame. L’heure des récitations. Karine qui n’en connait euh, presque aucune. Nan, aucune. Malin, juste à coté de la Agna en plus. Va se faire griller sur sur. Ou alors..

La feinte, remuer les lèvres et faire semblant. Après tout, elle a l’habitude la blonde.

_________________
Karine de Pommières
Revenir en haut
Burrich
invités

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2010
Messages: 8
Localisation: Bourgogne
Masculin

MessagePosté le: Ven 19 Fév 2010, 03:12    Sujet du message: Mariage de Delhie et de Burrich le 15 Février 1458 Répondre en citant

Bon, les choses sont à peu près rentrées dans l'ordre. Agna a débuté la lecture d'un passage que Burrich a déjà lu mais qui lui paraît toujours aussi abstrait... Autant dire que la description du vieux d'Aristote le laisse méchamment perplexe. Sur que s'il vivait encore, ce serait l'un de ces idiots de cadets. Entre la paix, la noblesse, et le labeur, Burrich ne sait que choisir.... Pauvre homme, quel rabat joie... M'enfin le plus à plaindre c'est Totote selon lui.

Ou alors l'imbécile complètement pété de rire derrière lui qui sert de témoin. Un discret coup de pied est envoyé au tibia d'Amyr pour le faire cesser cet idiot. On sait même pas pourquoi il rit... Sur qu'il a déjà commencé à picoler dans son dos. Ca va se payer.

La remarque de la Blonde le fait sourire, mais habitué aux sermons de Delhie, ceux d'un bouquin ne valent pas grand chose à côté. Un hochement de tête en guise de réponse avant de rajouter.


Si si, mais t'en fais pas c'est normal.. Prend un air vachement convaincu et acquiesce.


Le Brun décide ensuite de se concentrer sur sa fiancée qui ne l'est plus pour longtemps. Enfin quand on dit fiancé c'est plutôt le décolleté qu'il reluque. C'est pas une église qui va lui faire perdre le goût des bonnes choses quand même. Pourtant, une parole va le faire sortir de sa contemplation. Elle a dit mouflets? Clé du bonheur... patati patata.. et voilà... Des enfants à l'image des deux zozos là? Plutôt crever! En fin non, les crever au berceau et se castrer ensuite! De toute manière il est à l'abri. Avec une peste pareille comme femme, il ne court pas grand risque. Leurs enfants ressembleront plutôt aux princes démons, sans les sourcils et avec une prédisposition à l'alcoolisme et au vandalisme. De vrais gosses quoi!

Ahhh on en vient aux récitations. Mais... faut chanter maintenant? C'était pas prévu dans le contrat ça dites donc! Est-ce bien réglementaire? Puis on pourrait au moins attendre que tout le monde soit torché. Là au moins il en aurait de l'enthousiasme.

Sueurs froides, il transpire le bougre. Pousser la chansonnette devant tout le monde comme ça, à un mètre de la diaconnesse... Bon quand faut y aller...

Pense à la nuit de noce, la beuverie... la nuit de noce...

Priant pour qu'un meuglement retentissant bien connu vienne couvrir sa voix rauque et pas juste pour un sou, il entonne sur le même air que les autres.


Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'aprés avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

amen.... l'était temps.


La mâchoire serrée, remonté comme un taureau en rut le Burrich. On l'y a pris une fois, on l'y reprendra pas deux!
Revenir en haut
Pounamu
invités

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2010
Messages: 3
Localisation: Péronne / Tastevin

MessagePosté le: Ven 19 Fév 2010, 11:35    Sujet du message: Mariage de Delhie et de Burrich le 15 Février 1458 Répondre en citant

Les joues en feu et le souffle coupé, Pou s'aperçoit pourtant vite que, étant donnée la concentration extrême de toute l'assistance sur la cérémonie en cours (!...), personne ou presque n'a remarqué son arrivée. Elle prend une grande respiration soulagée, pose son fût près de la porte, nouveau soulagement, c'est que c'est lourd, ces choses-là!, et sourit en voyant Lilou lui faire des grands signes.

Leurs soirées bayonnaises semblent à la fois si proches et si lointaines! La belle tient dans ses bras un petit enfant qui lui ressemble vaguement... Pounamu se faufile, repérant de-ci, de-là des visages connus, échappant du même coup à la récitation du credo, jusqu'à son amie et chuchotte:


Eh bien il paraît que j'avais commencé à perdre mon accent de Baïona, je crois qu'avec vous tous, je vais en reprendre pour quelques mois! Comment va, ma belle? C'est à toi, ce petit morceau?...
Revenir en haut
saltarius
invités

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2010
Messages: 2
Localisation: saumur

MessagePosté le: Ven 19 Fév 2010, 12:38    Sujet du message: Mariage de Delhie et de Burrich le 15 Février 1458 Répondre en citant

Saltarius avait fini par poser son tonneau et c'est assis dessus, comme Diogène, qu'il suivait la cérémonie.
L'avait toujours beaucoup aimé les cérémonies religieuses.
Même si...ben l'expérience qu'il avait des saints et du Paradis ne correspondait jamais vraiment à ce qu'il entendait dans les églises.
Mais il dressa l'oreille: Hermes aux pieds ailés, la foudre de Zeus... ouais ça ça pourrait le faire avec les parties de rampo et les jeux de quilles de ses copains saints.

Se demanda avec un brin de terreur s'il n'était pas comment y disait encore le texte ? ... Impie

N'empêche... les pieds ailés.. ça serait bien pour s'enfuir à tire d'aile quand on a ... la peste aux trousses.
Mieux qu'un cheval qui coûte si cher et vous demande de porter des noms à courant d'air... Ri-di-cu-les !!!
Comme quand Ygerne avait acheté son cheval pour se rendre à la joute en Anjou... Ygerne de Montenlair, j'te demande un peu ...

Bon s'endormait le Salt... Il décida de rajouter son grain de sel... il savait, lui, comment s'adresser aux saints du Paradis et les deux là ... zauraient bien besoin d'un p'tit coup d'pouce, c'est vrai, s'unir pour la vie ... pfff avec ce qu'elle nous réserve la vie... pas vrai, Bécassine ?

Saltarius commença donc ses litanies à mi voix en se balançant d'avant en arrière juché sur son tonneau.


- Oh tous les saints du Paradis, venez vous pencher sur le berceau de cette union qui commence....

que saint Bitu remplisse leur fût... ça c'est important... amen
que Saint Poischiche remplisse leur miche.. ça aussi : amen
Que saint Troud'mite protège leur garde-robe : amen

les valeurs morales maintenant
Que saint Simulacre leur montre la vérité et ... les pieux mensonges : amen
que Sainte Putasse les aide à rester fidèles : amen
que Saint Hypothénuse arrondisse leurs angles : amen
que Saint Prétexte les aide à s'en servir : amen

Enfin
Que Saint Candélabre durcisse son sabre
et que Saint Cierge la préserve des vierges : amen


Emporté dans sa mélopée, Saltarius parlait de plus en plus fort et ne se rendait plus compte que tout le monde autour de lui s'était écarté et le regardait curieusement...
_________________
Revenir en haut
uriel
invités

Hors ligne

Inscrit le: 14 Fév 2010
Messages: 3
Localisation: Epinal, Lorraine

MessagePosté le: Ven 19 Fév 2010, 13:35    Sujet du message: Mariage de Delhie et de Burrich le 15 Février 1458 Répondre en citant

Le Premier Archidiacre de Trèves leva un sourcil en entendant les paroles échangées dans l'édifice sacré.
Restant assez impassible, il se demanda si il ne convenait pas de faire intervenir l'inquisition.

En tant que Capitaine Episcopal, il aurait très bien pu faire interrompre le sacrement, mais par respect pour Dehlie, il se contena simplement de se lever et marcha vers l'allée latérale et vint se placer de manière à regarder l'assemblée dans son entièreté.

_________________
Revenir en haut
Delhie
invités

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2010
Messages: 8
Localisation: Sur les routes

MessagePosté le: Ven 19 Fév 2010, 16:35    Sujet du message: Mariage de Delhie et de Burrich le 15 Février 1458 Répondre en citant

Le petit nez en trompette de la mariée se plisse et envoi une grimace mi figue mi raisin en direction de la blonde plantée comme une potiche au coté de la diaconesse. Elle était repartie à se faire remarquer celle là, la voila qui râlait, taquinait, ou même disons le carrément, emmerdait, c’est selon les points de vue. En tout cas elle le faisait juste sous le nez d’Agna, culotée la blonde.

Nan que je serrais pas com’ ça moi. Je serrais moins patiente à sa place je t’y aurais déjà mit ma main dans le pif depuis belle lurette.

La réponse avait été donné sur le même ton que la taquinerie de la blonde, juste pour rire. Mais fallait avouer que si ça pouvait donner l’idée à la diaconesse de filer une trempe à la malpolie après la cérémonie, Delhie n’aurait pas été contre. C’est que ca devenait de grand n’importe quoi ce mariage, certes on s’amusait au moins, mais tout de même, ils étaient dans la maison du Tres Haut là, et le sacré c‘est sacré, faut pas pousser. La brunette est pas la dernière pour raconter autant de conneries qu’elle veut, même plus grosse qu’elle des fois, mais ca ne l’empêche pas d’être très religieuse, et un sermon qu’on le trouve a son goût ou non, on le respect non de dious!

Puis c’est la voix du dingue des dingues qui s’élève dans la chapelle, pour sure il s’arrange pas Saltaruis, il est pas fini. N’empêche qu’il est drôle le drôle. Même Delhie manque de pouffer pour le coup. C’est pas comme si c’était n’importe qui le Saltarius après tout. L’est simplet ça se voit rien qu’a le regarder. Et les simples d’esprit on leur pardonne presque tout, c’est pas leur faute. Remarquez si la vie pouvait être aussi simple que dans ses prières ça nous éviterez bien des problèmes
Toujours est il que Frère Uriel n’a pas l’aire de cette avis, ça se comprend aussi. Il ne le connaît pas le nigaud, et un Archidiacre qu’entend blasphémer ça se braque, c’est automatique.
Delhie reconnait sans mal le bruit de ses pas dans l’allée a force des les avoir entendu dans leur cellule de travail a l’abbaye de Noirlac pendant qu’elle travaillait sa liturgie et son dogme. La mariée n’ose pas se tourner pour le regarder et savoir ce qu'il fait, trop froussarde, elle a peur de le trouver complètement choqué et rouge de colère de la tête au pieds.
Alors elle se contente de serrer la main de son fiancé et lançant un regard suppliant a Agna, pour l’encourager a continuer. C’est sensé être le plus beau jour de sa vie bon sang! Faudrait pas que les idiots auquels elle s'attachent depencent toute leur energie maintenant et qu'il ne leur reste plus rien pour la vrai fete qui suivra.

_________________


Dernière édition par Delhie le Ven 19 Fév 2010, 17:19; édité 2 fois
Revenir en haut
Lilou
invités

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2010
Messages: 4
Localisation: Bayonne

MessagePosté le: Ven 19 Fév 2010, 16:58    Sujet du message: Mariage de Delhie et de Burrich le 15 Février 1458 Répondre en citant

Pounamu vint s'assoir au côté de Lilou et l'accueillit avec un sourire.

Bonjour Poun, ça fait plaisir de te voir, je me demande souvent ce que tu deviens! Je te présente mon fils, Battistu, Battistu Corsu, mon petit voyou de 16 mois.
Et toi? Comment va?


Lilou regardait souriante son fils qui faisait son sourire charmeur et des clin d'oeil maladroit à Poun et récita le crédo.

Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'aprés avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

amen

_________________
Revenir en haut
Agna
amis

Hors ligne

Inscrit le: 14 Juin 2009
Messages: 39
Localisation: Montpensier
Féminin

MessagePosté le: Ven 19 Fév 2010, 22:22    Sujet du message: Mariage de Delhie et de Burrich le 15 Février 1458 Répondre en citant

Tout en chantant le CREDO, Agna regardait l’assistance ainsi que les mariés afin de pouvoir houspiller celui qui n’aurait pas dit sa prière. Son regard s’arrêta sur celui de Burrich qui lui cassait les oreilles mais au moins il le chantait quand tout à coup une voix bien connue se fit entendre du fond de la chapelle.

pouah quelle puanteur!!!

L’Archidiaconesse fit aller son regard jusqu’à la coupable et vit Sofio … ben oui cela ne pouvait n’être quelle. Agna lui jeta son regard glacial qui voulait dire « toi on réglera ça plus tard ». Puis voila que le père Uliel se levait et avait l’air de surveiller ce petit monde. « Non d’un chat … la ça va être la Saint Agna après la cérémonie je vais encore me faire taper sur les doigts moi » pensa-t-elle dans son fort intérieur. Surtout ne pas perdre son calme ni sa patience était son mot d’ordre. Le CREDO étant dit elle allait passer à la suite, cette suite que tout le monde attendait. Elle regarda Burrich et Delhie d’un air presque attendrit avec un soupçon de mal à l’aise et s’adressa directement à eux pour ne pas voir ce qu’il se passait au fond de la chapelle afin de ne pas exploser de rire ou de colère ou les deux mélangés la était la question.

Par ce beau jour de Février de l'an de grâce 1458 deux enfants du Très-Haut vont s'unir afin de pouvoir fonder une famille dans la joie. Toi ma soeur que j'ai vu naitre, tu as eu un long chemin avant de trouver la personne qui te donne tant de bonheur. Tu as su faire ton chemin pour devenir cette femme qui se trouve maintenant devant moi et le Très-Haut à mis sur ton chemin cet homme qui va maintenant te protéger et t'aimer comme tu sais l'aimer. Toi mon frère tu as trouvé après une longue route sur les chemins du royaume cette femme que tu sauras choyer et protéger comme tu l'as fait depuis que tu l'as connait.

Agna marqua un moment de silence tout en repensant à ce qu’elle venait de dire espérant n’avoir pas dit trop d’âneries.

Le mariage suppose que les deux époux s'engagent l'un vers l'autre librement et sans contrainte, qu'ils se promettent amour mutuel et respect pour toute la vie, qu'ils accueillent les enfants que le Très-Haut leur donne, et les éduquent selon les écrits d'Aristote et la pensée de Christos.

Puis vint la question fatidique et Agna fit un signe aux futurs mariés de se lever et de se mettre face à face et tendit la main

Puis je avoir les anneaux que j’ai bénit avant la cérémonie s’il vous plait.

Agna resta la main tendu et commença à poser sa question à Delhie.

Delhie veux-tu prendre Burrich pour époux, dans la sainteté et la confiance, pour vivre avec lui dans l'amour de chaque jour? Veux-tu faire dépendre ton bonheur de son bonheur et donner par l'exemple de votre union un signe visible de l'amitié de Dieu sur terre?
_________________

Engagez-vous qui disaient...
Revenir en haut
MSN
Eloa.
invités

Hors ligne

Inscrit le: 18 Fév 2010
Messages: 1
Localisation: Ici et là

MessagePosté le: Ven 19 Fév 2010, 22:40    Sujet du message: Mariage de Delhie et de Burrich le 15 Février 1458 Répondre en citant

Eloa cherchait la chapelle depuis un long moment déjà. Elle ne la trouvait toujours pas, jusqu'à ce que .. aaaahhhhhh enfin !! La voila !
Elle courut rapidement jusqu'a ce qu'elle arrive devant la porte et jeta un regard à l'intérieur : arrffff... c'est que a avait déjà commencé ... pffff.
Elle passa sa langue sur ses doigts et replaça quelques mèches de cheveux qui s'étaient enlevés de son chignon en courant et, souriante elle pénétra à l'intérieur , se faisant la plus discrète possible, et prit place à la dernière rangée des invités.

C'était alors le moment de réciter le crédo :


-Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'aprés avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

AMEN


Souriant, elle attendit la suite.
_________________
Revenir en haut
Delhie
invités

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2010
Messages: 8
Localisation: Sur les routes

MessagePosté le: Ven 19 Fév 2010, 23:42    Sujet du message: Mariage de Delhie et de Burrich le 15 Février 1458 Répondre en citant

Bon c’est clair, ce mariage ne ressemblait plus du tout à celui que Burrich et Delhie s’étaient imaginés. Leur mariage idéal, faut dire qu’il y en avait eut plusieurs versions :
- Allant d’un mariage dans un château, avec un marié recouvert de sang menaçant le curé de les déclarer mari et femme de la pointe de son épée. Ce n’était pas la version préférée de Delhie, sauf le passage où elle était sensée aller se vautrer dans la soie vêtue d’une jolie robe de comtesse. Comtesse que l’un de leur amie aurait été en train de … Enfin comtesse entre de bonnes mains quoi.
- Jusqu’au mariage de comte de fée que Delhie avait décrit pour Uriel dans une de leur leçon. Avec une jolie robe, pas de froufrou plein la tête et surtout pas de vache.

Ils en avaient imaginé des choses ces deux idiots depuis 10 mois qu’ils attendaient ce jour béni, mais alors que la diaconesse se plente de texte, ça non ! Ils ne l'avaient pas prévu. « Vu naître », « long chemin avant de trouver la personne qui te donne tant de bonheur », « chemins du royaume » … mais qu’est-ce qu’elle baragouinait?
Delhie était à peine sortie de sa cambrousse en Gascogne loin très loin du bourbonnais auvergne, quand Burrich avait croisé son chemin, ce soldat venu du village d’à coté. Et avec le quel elle n’avait cessé de se chamailler pendant de longues semaines. C’était bien plus tard seulement qu’ils avaient rencontré la diaconesse, lors d'un passage à Montpensier et qu'ils lui avaient demandé de se charger de leur pastorale.

Mais mettons ça sur le compte de l’énervement, Agna devait avoir un autre mariage sur le feu, elle s’était trompée de fiche, oui voila trompée de fiche c’est moins vexant que de se dire qu’elle ne se souvenait pas, et avait lu ton texte sans faire attention à ce qu’elle disait.
Au moins la fin n’était pas si terrible, obligation pour Burrich de la choyer at vitam eternam. Wha ! Voila de quoi plaire à la brunette qui décide de ne retenir que ça et d'en oublier l’incartade de la religieuse, elle la lui ressortira à l’occasion.


Hein les anneaux? Ah oui les anneaux euh …

Mince où est-ce qu’ils les avaient fourrés ceux là ? Anneaux … soirée arrosée … Karine ! Arf la blonde, encore elle. La mariée tire un froufrou carbonisé de son témoin, toujours planté devant eux derrière l’autel, pour la faire réagir.
Avant de répondre bien sagement à Agna :


Plutôt deux fois qu’une oui !
_________________
Revenir en haut
Agna
amis

Hors ligne

Inscrit le: 14 Juin 2009
Messages: 39
Localisation: Montpensier
Féminin

MessagePosté le: Sam 20 Fév 2010, 00:15    Sujet du message: Mariage de Delhie et de Burrich le 15 Février 1458 Répondre en citant

Agna acquiesça la réponse de Delhie même si le oui n’avais pas été prononcé. Elle fit un quart de tour et s’adressa à Burrich.

Burrich …. veux-tu prendre Delhie pour épouse, dans la sainteté et la confiance, pour vivre avec elle dans l'amour de chaque jour? Veux-tu faire dépendre ton bonheur de son bonheur et donner par l'exemple de votre union un signe visible de l'amitié de Dieu sur terre?
_________________

Engagez-vous qui disaient...
Revenir en haut
MSN
Burrich
invités

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2010
Messages: 8
Localisation: Bourgogne
Masculin

MessagePosté le: Sam 20 Fév 2010, 01:11    Sujet du message: Mariage de Delhie et de Burrich le 15 Février 1458 Répondre en citant

Pas à dire... L'Saltarius aurait cruellement manqué s'il n'avait pas été là, trônant fièrement sur son tonneau. Même ses paroles sorties d'on sait quel recoin de son esprit toqué avaient réussi à toucher l'Burrich. Et c'est pas une mince affaire!
Les mots bénis du Simple résonnent encore dans l'esprit du Burrich - particulièrement la partie sur le sabre durci - quand Agna finit par poser la question fatidique à Delhie. La réponse ne se fait aps attendre, c'est un "oui", même deux.

Et dire qu'à l'origine, si tout le monde est réunis ici présent en ce jour c'est parce qu'un ivrogne de félon gascon n'avait rien trouvé de mieux à demander de nuit, dans une taverne dacquoise le onze février 1457 à une jeune cul nu de lui passer la bague au doigt après une soirée bien arrosée. Et elle, amusée par la requête n'opposa qu'une seule condition... Que le prétendant devienne duc. Après moult tergiversations avait été convenu que tuer un duc et lui prendre son château revenait au même. Les deux jeunots de la taverne de Dax ont bien évolué, passant par des moments durs, d'autres plus doux, comme n'importe quel couple.

Au final c'est bien la seule qu'il ait aimé à ce point et la seule aussi qu'il ait réussi à supporter on ne sait comment compte tenu qu'elle doit bien être la pire... Une Peste. Longtemps il s'est demandé comment cette teigne au visage angélique s'était débrouillée pour éclipser toutes les autres au point de le rendre dépendant d'elle et elle seule. Ils se sont disputés pourtant, souvent même. Prenant même un malin plaisir à s'asticoter pour provoquer chez l'autre un agacement certain.

Les yeux plongés dans les pupilles ardentes de celle qu'il veut pouvoir combler de bonheur chaque jour que Dieu fait, nul besoin de cogiter plus longtemps, les mots sortent tout seul...


OUI!

Hum... oui je l'veux.


Arf, râpé! Ca lui ressemble pas un ton aussi solennel. Pouvait pas glisser une petite boutade dans tout ça? Un "Non, l'en est pas question, mon véritable amour c'est... Amyr!". Les coeurs fragiles peuvent le remercier, il leur a évité l'arrêt cardiaque de peu.
Revenir en haut
Kar1
invités

Hors ligne

Inscrit le: 17 Fév 2010
Messages: 3
Localisation: -

MessagePosté le: Sam 20 Fév 2010, 01:41    Sujet du message: Mariage de Delhie et de Burrich le 15 Février 1458 Répondre en citant

Les alliances, les alliances. Ah ouai, c’est elle. Pfiou, rentrer dans le feu de l’action, allez hop, zou c’est parti. Leur en boucher un coin en leur montrant bien que les bagues sont là et hop. Le tour est joué, le rôle en sera fini à tout jamais. L’est un peu déçue quand même la blonde hein. Ya pas à dire, à part les deux mariés qui EUX répondent aux insolences de Karine, la diaco reste de marbre. Comment peut-on ne pas remarquer la beauté de la blonde. Comment peut-on ne pas réagir et se sentir comme une merde comparé à cette blonde. C’est pas possible, Karine en devient décontenancée, dans son coin. Enfin seulement si personne n’a vu la décomposition de son visage pourtant si rayonnant d’habitude.

Revenons en donc à nos alliances. Elle les avait mises dans un endroit sure pour ne pas subir l’affolement de dernière minute bien que ç’aurait été hilarant. Malheureusement, que pour elle je crois. Quoique, peut être que le type au tonneau qui cantonne des choses légèrement plus compréhensibles et intéressantes que tous les sermons réunis du Royaume. Au moins, ça lui parlait Saint hypoténuse et Sainte Putasse. Ahhh, elle s’émoustillerait presque. Elle en profite d’ailleurs pour passer une main dans son corsage, au niveau du sein gauche, près du cœur, parait que c’est toujours plus sur. N'allez pas imaginer qu'elle se touche en pleine maison du Très Haut hein. C'est juste que c'est celui ci son endroit sûr ou l'a entreposé les alliances. Une poche supplémentaire que les hommes n'auront jamais! Malheureusement, un petit vacarme à base de « clings » vient encore perturber la cérémonie. Les alliances se trouvent à rouler au sol. Et oui, elle s’est dandiné la blonde. Normal, c’est pas bien facile de pénétrer dans un corsage. Faut retenir sa respiration, aplatir ses seins déjà bien menus et rentrer son bide pour devenir plus élancée. Donc forcément, les alliances étant deux mini choses toutes fragiles, ben ça glisse par des mini trous parce que ça le vaut bien.

Une courbette en avant est alors de mise. Pas sur qu’ils aient entendu hein, alors on essaye de se la jouer incognito. Enfin, la blonde se persuade de cela en tout cas. Donc pour faire passer le tout inaperçu, c’est tête en avant, cul en l’air et hop que je te les attrape au vol ou presque pour les fourrer dans les mains respectives!


Vous pouvez embrasser la mariée!

Et toc, la conclusion, c’est elle qui l’a faite.
_________________
Karine de Pommières
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:33    Sujet du message: Mariage de Delhie et de Burrich le 15 Février 1458

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Demeure de la famille de Joncheray Index du Forum -> L'entrée - le poste de garde -> La chapelle Saint Trufaldini Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
Page 4 sur 5

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com